vendredi 9 mai 2014

Les Enquêtes d'Hercule Poirot, d'Agathe Christie,

Disparition de bijoux, suicide suspect, espion retors, meurtre crapuleux, escroquerie de haut vol ou sombre affaire d’héritage : rien ne résiste à l’illustre Hercule Poirot…
Quatrième de couverture par Le Livre de Poche.
---
« Il essaya même de me persuader de... de... —je n'ose le dire— raser ma moustache ! Mais oui, rien que ça ! [...] On ne détruit pas les belles choses sans motif valable. » 
P. 207

J'étais partie pour faire une chronique en reprenant les nouvelles une à une, mais elles sont si brèves, si nombreuses et j'ai si peu de motivation que je vais me contenter d'une impression générale.

Je suis assez ouverte concernant les nouvelles : il y a de nombreux recueils que j'ai apprécié et je suis rarement perplexe avant d'en lire. Mais il faut reconnaître que Hercule Poirot en nouvelles, ça passe nettement moins bien qu'en romans, surtout qu'ils sont généralement courts ! Alors en nouvelles ?! Pas une fait plus de vingt pages et les intrigues doivent donc s'accorder à ce format. Sauf que les enquêtes ne s'accordent pas toujours à ce format...
Certains mystères cachent peu de secrets en vérité et sont donc rapidement traités, je pense notamment à L’Énigme de « L’Étoile de l’Occident » ou Un dîner peu ordinaire. Certaines enquêtes se résument surtout à des tours de passe-passe, des déguisements, des mensonges... Des leurres aisés à déceler quand on se nomme Poirot. D'autres sont toutefois plus complexes et sont plus vastes, comme La malédiction du tombeau Égyptien qui nous emmène tout de même jusqu'en Égypte ! Cette nouvelle complète même ce qu'il manquait dans Mort sur le Nil : des descriptions de paysages et un Hercule Poirot qui se morfond à cause des croisières et du sable omniprésent ! La malédiction du tombeau Égyptien aborde même un sujet de paranormal, dans le même genre que Le Vampire du Sussex dans Sherlock Holmes. Ou encore Tragédie à Marsdon Manor, qui est passage ma nouvelle préférée, qui aborde même un sujet psychologique et dont la conclusion ferait autant frémir qu'un thriller.
Une hétérogénie donc commune à tous les recueils de nouvelles.

Les Enquêtes d'Hercule Poirot apportent quand même quelques points originaux : La Boîte de Chocolat et La Mine Perdue sont quand même narrées par Papa Poirot lui-même, et ce sont deux nouvelles que j'ai énormément apprécié. La première est particulièrement frappante avec une conclusion touchante, en partie parce que Poirot en est le conteur. Quant à La Mine Perdue, elle est plus burlesque et plus humoristique et j'ai adoré le duo que formaient Poirot et Pearson ! [spoiler] C'est juste dommage que, comme Pearson était le coupable, on ne reverra jamais cette association... [/spoiler]
C'est toutefois dommage que ces deux nouvelles excellentes ne soient pas des romans car il y avait matière à faire quelques pages de plus pour en apprendre davantage.

On peut reconnaître également qu'Agatha Christie sort le grand jeu en variant ses enquêtes : on passe de l'espionnage à des meurtres, à des disparitions et des vols. Hercule Poirot ne recule devant aucun méfait et semble exceller dans tous les domaines criminels. Quoique certaines situations donnent clairement l'impression d'être tirées par les cheveux, impression que j'ai ressenti par exemple durant Un Appartement trop bon marché.

Par contre, je tenais à mentionner Une étrange disparition, ce n'est pas du tout mon enquête préférée et l'énigme ne m'a pas captivé plus que ça, mais les références à Sherlock Holmes sont très nombreuses et cela m'a fait sourire : ici, le détective belge contredit le détective anglais qui est persuadé qu'on ne peut résoudre un mystère en restant assis dans un fauteuil. Sauf si on s'appelle Hercule Poirot ! Un vrai pied-de-nez qui fera rire les holmésiens car Christie place de nombreuses autres références.

En somme, Les Enquêtes d'Hercule Poirot changent de ce que Agatha Christie peut offrir en se tournant plutôt vers les romans. Cela dit, bien que ce n'est pas un recueil que je relirai intégralement, certaines nouvelles méritent la lecture et je garde quelques bons souvenirs... Parmi d'autres beaucoup moins marquants.

             Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Dans les premières éditions anglaises n'étaient pas inclus La Boîte de Chocolat, La Mine Perdue et La Femme Voilée. Ce sont les éditions américaines qui ont ajouté ces trois nouvelles et les autres éditions suivantes ont suivi le mouvement.
• Il y a une allusion à La Mystérieuse Affaire de Styles par Poirot à la page 194 pour la nouvelle La Boîte de Chocolats.

1 commentaire:

  1. coucou
    je suis une grande fan d'Agatha Christie mais je ne pense pas avoir lu celui là... il faudra que je me le procure. ;)

    RépondreSupprimer