dimanche 18 septembre 2016

Avec tes Yeux, de Sire Cédric,

Thomas ne croit que ce qu’il voit, mais personne ne le croit.
Depuis quelque temps. Thomas fait des rêves atroces. D’épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu’il a déjà fragile. Si ce n’était que ça ! Après une séance d’hypnose destinée à régler ses problèmes d’insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d’un autre, torturant une jeune femme… Persuadé qu’un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime.
Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.
Quatrième de couverture par Presses de la Cité (Sang d’Encre).
---

Qu’est-ce que vous regardez chez quelqu’un en premier ? Les réponses les plus classiques sont les mains, le sourire ou les yeux. Il y a une grosse majorité pour les yeux. Si c’est votre réponse, alors vous partagez certainement un point commun avec le tueur d’Avec tes Yeux, un tueur adepte d’énucléation.
Et ce mot-là, avouez que vous ne l’avez pas vu venir.
Sans jeu de mots.

Si vous ignorez qui est Sire Cédric, le glorieux surnom de "Stephen King français" vous parlera alors peut-être ? Si par principe je n’aime pas comparer les auteurs, Sire Cédric possède effectivement des qualités qu’on retrouve chez Stephen King : je pense surtout à la touchante simplicité des personnages, leur modernité. À titre d’exemple sans trop de spoil, la première victime qu’on aperçoit est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus banal, qui a hâte de rentrer chez elle pour commencer une nouvelle série prête à être diffusée à la télé. Un petit plaisir simple qu’on connaît tous qui est interrompu par son assassinat : la similarité créée est alors effrayante car nous connaissons tous ces petites habitudes quotidiennes, cette banalité finalement précieuse.
Mais ironiquement, je me suis davantage attachée à la victime mentionnée qu’aux personnages principaux... Nathalie reste la plus sympathique, mais sans plus pour le coup.
Quoiqu’il en soit, ces détails de rien, je les rencontre avec plaisir chez Sire Cédric et Stephen King, tandis que trop peu d’auteurs en usent malheureusement.

Je parle de réalisme et pourtant, Avec tes yeux, on est plutôt face à du surnaturel : moins irréel que L’Enfant des Cimetières ou Le Premier Sang, Avec tes Yeux séduira les amateurs du paranormal, les faits divers qui impliquent des pouvoirs psychiques et des capacités hors-du-commun. Cet aspect apporte une part de frayeur née de l’incompréhension, de l’inexpliqué : la base de la peur, en somme.
Mais pas seulement : la brutalité des meurtres, la perversion du tueur, les tentions qu’apporte ce jeu du chat et de la souris contribuent au côté terrifiant de ce thriller.

L’enquête occupe une grande partie du roman et j’avoue que Sire Cédric m’a fait peur à un moment, [spoil sur un indice] je parle du moment où Nathalie Barjac se lance sur la piste du déménageur M. Chasseur, cette poursuite étant basée en grande partie sur de l’instinct [/fin du spoil sur un indice], j’aurais trouvé le coup un peu gros, par chance, le reste se déroule de façon plus logique.
Mais la rapidité de l’enquête fait que j’ai moins aimé Avec tes Yeux que L’Enfant des Cimetières qui, malgré une trame surnaturelle, respectait une évolution plus soutenue, mettant le lecteur à l’agonie dans l’attente.

Avec tes Yeux est assez bref à mon goût, ce qui est très dommage, quelques pages de plus pour maintenir la tension m’auraient insupportée avec plaisir ! L’histoire vaut tout de même quelques frissons mais s’il s’agit de votre premier Sire Cédric, ne vous arrêtez pas là même si vous partagez mon avis mitigé : préserverez et vous aurez certainement de bonnes surprises... Et bien plus sanglantes et angoissantes si vous vous aventurez dans les premiers ouvrages.

En tout cas, à l’avenir, quand on vous demandera ce qui vous plaît tant chez untel ou unetelle, dîtes les fesses. Déjà parce que c’est toujours bien un beau boule, et ensuite parce que vous éviterez de penser à Avec tes Yeux et de vous couvrir de sueurs froides.

             Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Je me pose sérieusement la question si Sire Cédric n’a pas choisi ce titre exprès pour créer ce genre de situation : « Tu lis quoi en ce moment ? », « Je commence Avec tes yeux », « Pardon ? », expérience vécue (un peu comme « tu lis quoi en ce moment ? », « Ça. », « Ça quoi ? », « Ça de Stephen King. »).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire